Théories de l’inflation : Expliquées

À la suite de l’Âge d’Or et de la crise de 1973, l’inflation est devenue un défi majeur pour les économies occidentales. Accompagné par la montée inattendue du chômage, ce phénomène, surnommé « stagflation » (stagnation + inflation), est devenu un redoutable monstre économique.

Comprendre et combattre l’inflation est devenu une priorité absolue pour les gouvernements occidentaux, et parmi les différentes théories, c’est l’analyse de Milton Friedman qui a finalement pris la place centrale.

Approches Traditionnelles

Traditionnellement, les économistes expliquaient l’inflation à travers trois prismes : les facteurs d’offre, de demande et structurels.

Facteurs d’Offre

À la suite du choc pétrolier, les économistes ont initialement attribué l’inflation à la hausse des coûts de production, d’abord la flambée des prix du pétrole, suivie par des augmentations des coûts des matières premières et des salaires. Cependant, ces facteurs n’expliquaient que partiellement les taux d’inflation fulgurants, atteignant 15 % dans les pays développés.

Facteurs de Demande

Une autre explication de l’inflation pointait vers la demande. Les keynésiens, acceptant l’inflation comme une conséquence de la hausse des salaires et des dépenses publiques, la considéraient comme un compromis préférable au chômage dans le dilemme de la courbe de Phillips.

Facteurs Structurels

Alors que l’inflation devenait endémique, des tentatives ont été faites pour l’expliquer à travers des éléments structurels, impliquant des monopoles, des oligopoles, de puissants syndicats revendiquant des salaires plus élevés et des employeurs compensant ces augmentations par des hausses de prix. La dimension psychologique, où les individus intègrent l’inflation dans leurs comportements, a également joué un rôle dans la chronicité de l’inflation.

Leçon de Friedman : L’Inflation comme Phénomène Monétaire

Parmi une multitude de théories, Milton Friedman a affirmé de manière décisive que « l’inflation est partout et toujours un phénomène monétaire. » Cela fait écho au principe intemporel de la théorie quantitative de la monnaie : les prix augmentent lorsque l’offre de monnaie augmente.

Friedman a attribué aux banques centrales et aux gouvernements la responsabilité exclusive de contrôler la création monétaire, soulignant que limiter celle-ci devrait être leur préoccupation principale, car l’inflation est le fléau économique fondamental qui déclenche d’autres problèmes.

Friedman a établi un parallèle entre l’inflation et l’alcoolisme : stimulant initialement, mais aboutissant à des niveaux néfastes. Les gouvernements ont été critiqués pour croire qu’ils pouvaient combattre le chômage en acceptant l’inflation, ne faisant qu’engendrer davantage d’inflation et de chômage dans le processus.

Friedman a vivement critiqué la courbe de Phillips, arguant qu’elle négligeait le taux de chômage d’inflation non accélératrice (NAIRU), un taux de chômage d’environ 5 % qui n’accélère pas l’inflation. En ignorant ce taux naturel, les gouvernements ont tenté de ramener le chômage à des niveaux observés lors de l’Âge d’Or, exacerbant la situation.

Depuis les années 1980, la lutte contre l’inflation à travers des mesures d’austérité monétaire et budgétaire est devenue la norme. Cette approche a été brièvement mise de côté après la crise des subprimes, donnant naissance à un autre défi économique : la déflation.

Conclusion

En conclusion, le paysage des théories entourant l’inflation est vaste, chaque approche offrant des perspectives uniques sur ce phénomène complexe. L’accent mis par Friedman sur les racines monétaires de l’inflation est devenu un pilier des politiques économiques depuis les années 1980. La lutte contre l’inflation à travers des mesures d’austérité s’impose comme l’un des dogmes essentiels façonnant les approches gouvernementales des défis économiques.

Alors que le monde économique fait face à des défis évolutifs, de l’inflation à la déflation, ces théories fournissent une base pour comprendre les intrications passées et naviguer à travers les incertitudes futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *